Pig Business

Inscrivez-vous ci-dessous si vous faites partie du réseau d’échange de film et que vous avez reçu le film

« Un état des lieux des conséquences de l’élevage industriel aux États-Unis, et de la propagation de ce modèle d’agriculture intensive en Europe. Le film se concentre sur le premier producteur mondial de viande de porc, Smithfield Foods, basé aux États-Unis. Avec 52.000 employés traitant 27 millions de porcs par an dans 15 pays, dégageant des ventes annuelles d’environ 11 milliards de dollars en 2010, cette entreprise dispose d’une influence des plus redoutables dans l’industrie du porc. Il en découle la destruction des économies rurales, la mainmise des transnationales sur les plus petites exploitations, les questions environnementales (parmi lesquelles le soja servant à nourrir les porcs, qui vient souvent d’Amazonie), ainsi que certaines questions liées à la répartition des subventions de la PAC, à la santé humaine et au bien-être animal. »


Event:
Name:

list-of-participants by wordpress.roemi.de

5 réponses à Pig Business

  1. Laurent dit :

    Des cochons enterrés vivants par milliers en Corée:
    http://www.youtube.com/watch?v=vGC9XtnHSU0

    Il faudra qu’on m’explique l’intérêt de ce genre de pratique. Même économiquement, je ne suis pas sur que ce soit si rentable que ça…

    Selon les dispositions en vigueur en Corée du Sud, les animaux doivent être anesthésiés ou tués avant d’être enterrés. Mais ces règles semblent souvent ignorées depuis le lancement, fin 2010, du programme d’éradication de la fièvre aphteuse qui touche le pays. Selon des groupes religieux, des milliers de porcs auraient été enterrés vivants dans différents endroits du pays. Afin d’alerter l’opinion, ils ont diffusé une vidéo reprise par «CNN» où l’on voit quelques 1900 porcs poussés dans une fosse à l’aide d’une pelle mécanique et entassés les uns sur les autres. L’espace est si réduit que les animaux sont forcés de se dresser sur leurs pattes arrière. Le travail des exterminateurs s’achève de nuit à la lumière d’un projecteur, dans les hurlements assourdissants des porcs paniqués.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *